Secrétaire 2.0 : la profession évolue, les stéréotypes demeurent

Secrétaire 2.0 : la profession évolue, les stéréotypes demeurent

On a beau constater que les métiers de l’assistanat évoluent et plutôt dans le bon sens, l’image de la secrétaire dévouée à son boss et apportant le thé n’est, elle, pas prête de changer.

La secrétaire d’aujourd’hui n’a sans conteste rien à voir avec celle d’hier. Dans son ouvrage « Mon chef, ce héros : Assistantes, rebellez-vous ! », Sabrina Bellahcene  observe que « si les secrétaires restent des facilitatrices de vie, les nouveaux outils de communication ont complètement bouleversé la donne. Il est rarement question de saisie ou de mise en forme, comme dans l’imagerie de la secrétaire des années 1960.

annees-60

Le modèle de la secrétaire, soit jolie et stupide, soit âgée et dotée d’un chignon, est sans conteste dépassé. Au bureau en revanche, les stéréotypes ont la peau dure : « Tu es gentille mais on ne te demande pas ton avis », « Pourquoi ne portes-tu pas des tailleurs, n’aie pas peur d’être féminine ! ». De même, le concept de l’assistante dévouée à une seule personne n’existe plus. Aujourd’hui une secrétaire doit être polyvalente, anticiper les besoins.

Certes mais les stéréotypes demeurent. Exécutante d’ordres, séductrice, peu diplômée, le site secretaire-inc.com énumère tous ces clichés. On leur reconnait le fait d’être bien organisées mais dans l’esprit collectif, elles sont trop bavardes écrit Patrick Scharnitzky dans « Stéréotypes en entreprise » (Editions Eyrolles). « Ces raccourcis pèsent sur la performance même de l’entreprise. Sur le business ! » assure ce psychosociologue.

La faute à qui ? « Au comportement de certaines femmes », assurent Bénédicte, journaliste, qui serre les poings quand elle voit quotidiennement, l’assistante de son rédacteur en chef lui apporter son thé.  Un comportement qui rappelle l’image d’Epinal de la secrétaire véhiculée par le cinéma, les séries télé, les bandes dessinées, bref, l’entreprise du divertissement dans toute sa pluralité. L’étude de l’IMS-Entreprendre pour la Cité  met elle en évidence des corrélations fortes entre le degré de satisfaction au travail et les stéréotypes. Les managers hommes qui disent être les plus satisfaits par leur travail (donc potentiellement les moins frustrés au moins sur le plan professionnel) sont aussi ceux qui expriment les stéréotypes les moins négatifs envers les femmes. Comme si les deux étaient liés. On voit bien la dimension affective que revêtent les stéréotypes. Le rejet des femmes devient un moyen de déplacer une forme de mal-être au travail.

Texte MADE IN VO

About the Author

Office Manager Services administrator

Comments Are Closed!!!